Compostage : pour valoriser vos déchets et produire votre propre terreau

Compostage : pour valoriser vos déchets et produire votre propre terreau
4.8 (95%) 4 votes

Le compostage est une pratique permettant de valoriser une partie de ses déchets, tout en produisant un terreau riche et fort utile pour rempoter des fleurs ou pour fertiliser un carré de fraisiers. Quels sont les techniques de compostage, mais également les déchets que l’on peut ainsi recycler ?

Qu’est-ce que le compostage ?

Le compostage vise à valoriser une grande partie des déchets verts du foyer et du jardin pour produire un terreau riche, naturel et surtout, gratuit. La technique consiste à entasser tous ces déchets de manière à ce qu’ils subissent une dégradation naturelle résultant du travail des nombreux organismes constituant la faune épigée et des lombrics composteurs. Ceux-ci sont d’ailleurs facilement reconnaissables car ils sont annelés.

Ce processus, couplé à la dégradation de la lignine par les champignons, permet d’obtenir un amendement organique naturel. En fonction de sa maturation, il peut être grossier ou être tout à fait comparable à du terreau. Il est alors utilisable pour toutes les plantes du jardin et d’intérieur, après l’avoir mélangé à de la terre pour éviter de brûler les racines. Au potager, il peut être directement répandu au pied des plants.

Quel composteur choisir ?

Pour composter, il vous faut au préalable définir l’endroit où vous entreposerez vos déchets. Même si le compostage ne dégage aucune odeur désagréable, privilégiez un endroit dans votre jardin qui soit à l’écart, y compris de vos voisins. Celui-ci devra par ailleurs être plutôt à l’ombre.

Composteur en plastique ou en bois ?

S’il est possible de composter en faisant simplement un tas, il est plus facile et plus propre d’employer un composteur. Vous en trouverez dans les grandes surfaces et les jardineries, généralement en plastique, parfois en bois.

Le plastique, est-ce vraiment judicieux pour recycler ? Quelle que soit la matière de votre composteur, le résultat est identique. Après c’est une question de prix, mais également de cohérence.

Construire son composteur

Pas envie de payer pour un composteur ? Vous préférez le fabriquer vous-même ?
Cela n’a rien de compliqué puisqu’il vous faut seulement trouver 5 palettes perdues identiques que vous pourrez vous procurer auprès d’entreprises ou de commerces près de chez vous.
Coupez quatre de ces palettes à un mètre de long. Positionnez-les les unes contre les autres pour former un carré. Assemblez-les à l’aide de vis et démontez une ou deux planches sur l’un des côtés pour récupérer votre futur compost. Avec la dernière palette, découpez un couvercle à la mesure.

Fabriquer son propre composteur de cette manière, c’est également valoriser un déchet.

Les bons gestes pour composter

Pour obtenir un bon compost, il faut que la dégradation de la matière organique se fasse dans les meilleures conditions. Pour cela, deux choses sont primordiales :

  • l’aération : les bactéries et les insectes qui dégradent le contenu de votre composteur ont besoin d’oxygène. En retournant votre tas de temps à autre, vous l’oxygénez et favorisez le compostage ;
  • l’humidité : les bactéries et le mycélium dégradant la matière organique ont besoin d’humidité. L’été, n’hésitez pas à arroser votre compost si vous voyez qu’il commence à sécher.

Quels déchets peut-on mettre au compostage ?

Si toutes les matières organiques sont dégradées selon le même processus naturel, dans le cadre d’un compostage, certains déchets sont absolument à éviter. Quels sont donc ceux que l’on peut composter et ceux qu’il faut proscrire ?

Déchets à mettre dans son composteur

D’une manière générale, tous les déchets d’origine végétale de la maison ou du jardin sont compostables. Parmi ceux-ci :

Déchets à ne jamais placer dans votre composteur

Si bon nombre de déchets sont valorisables, quelques-uns ne doivent jamais être déposés dans votre composteur ou sur votre tas de compostage :

  • la viande, les os et autres restes d’origine animale ;
  • le poisson, les crustacés et autres fruits de mer ;
  • le fromage et les produits laitiers en général ;
  • le bois recouvert de vernis ou de peinture par exemple ;
  • tout déchet végétal qui pourrait être souillé par un élément non recyclable ;
  • des végétaux malades, au risque de contaminer par la suite vos autres plantations ;
  • les « mauvaises herbes » en graine.

Les commentaires sont clos.