Quand et comment planter l’ail ?

L’ail est un condiment utilisé dans pratiquement toutes les cuisines du monde, afin de parfumer les plats et de les relever. Originaire d’Asie centrale, il n’en est pas moins cultivable un peu partout, pourvu qu’il y ait une bonne exposition du soleil, il a énormément de vertus antiseptiques, et permet de lutter contre les rhumatismes et l’hypertension artérielle, grâce à sa richesse en sels minéraux. Si vous avez un potager, nous allons vous guider pas à pas dans cet article, et vous donner toutes les bonnes astuces pour semer de l’ail.

Comment semer de l’ail ?

Quand et comment planter l'ail ? L’avantage principal de l’ail, est qu’il ne nécessite généralement que très peu de soin, il est assez peu exigeant. Ses seules « conditions » sont :

  • Un sol équilibré ni trop argileux ni trop sableux ;
  • Une bonne exposition au soleil ;
  • L’arroser en cas de sécheresse ;
  • Ne pas noyer les bulbes ni arroser en excès ;
  • Ne pas hésiter à nettoyer les mauvaises herbes autour ;
  • Casser la terre dure autour ;
  • Faire attention à l’insecte ravageur appelé « mouche de l’oignon ».

Avant toute chose, il faut commencer par tracer des sillons parallèles, ensuite, pour planter l’ail, il n’est pas recommandé de prendre l’ail en entier, mais de prendre ce que l’on appelle les « caïeux », (qui sont en quelques sortes les gousses de l’ail non-épluchées), et les planter avec la pointe vers le haut en les espaçant de 15 cm à chaque fois. La profondeur de plantation dépend des préférences de chacun, vu que certains préconisent de l’enfoncer profondément, alors que d’autres préfèrent laisser la pointe, légèrement en surface ou de la laisser à 1 centimètre de la terre au maximum. L’ail peut être mis en terre en toute saison, dépendamment de la variété que l’on souhaite planter. Nous allons détailler la bonne période pour chacune d’entre elles dans ce qui suit.

A lire pour vous aider dans votre culture : Pourquoi utiliser une grelinette, un bioculteur ?

Quelle variété d’ail semer ?

On distingue généralement deux grandes catégories d’ail, avec 2 sous catégories chacune ; nous avons donc d’un côté, l’ail blanc et l’ail violet, qui représentent les variétés d’automne, et de l’autre côté l’ail rose et l’ail rouge, qui représentent les variétés de printemps. Si vous vivez dans un endroit plutôt frais, il est donc plus recommandé de planter les variétés d’automne, puisqu’elles sont très résistantes au froid, donnent de gros bulbes, mais sont difficiles à conserver. Si au contraire, votre climat est plutôt doux, ce sont les variétés de printemps qu’il faudra privilégier, leurs bulbes sont plus petits, mais se conservent mieux.

A lire  Comment utiliser l'écorce de pin pour sublimer vos orchidées ?

Semer de l’ail : comment l’entretenir et à quel moment le récolter ?

Comme nous l’avons dit plus tôt dans l’article, l’ail est loin d’être le « légume » le plus exigeant du potager, seulement, il faut veiller à ne pas trop submerger les racines au moment de l’arrosage, et si après une forte pluie, vous voyez de l’eau qui stagne autour des bulbes, il faut veiller à le biner régulièrement pour répartir ce surplus. Pour la récolte, elle varie bien évidemment selon le type d’ail planté, mais se fait généralement aux mois de juin et de juillet, une fois que le bulbe atteint une bonne taille, de plus, la bonne astuce à adopter est de nouer les tiges et le feuillage, afin que la sève nourrisse exclusivement la tête de l’ail, et non plus le développement « aérien ». Pour finir, en ce qui concerne la conservation de l’ail, il faut laisser les bulbes à l’air libre, ou dans un local sec et bien aéré, afin qu’il sèche convenablement, libre à vous par la suite de garder ou de couper les tiges pour n’avoir que la tête.

A lire pour protéger vos cultures : Comment se débarrasser des taupes dans son jardin ?

Article mis à jour le 5 octobre 2021

Fredo

Laisser un commentaire