Les gestes écologiques pour jardiner tout en respectant la nature

Les gestes écologiques pour jardiner tout en respectant la nature
4.7 (93.33%) 3 votes

Jardiner ne se résume pas à planter des fleurs dans des parterres, à désherber ou encore à faire des semis de graines potagères. C’est avant tout observer la nature, mais surtout, adopter une démarche plus respectueuse.

Observation de l’environnement végétal

L’observation des jardins environnants vous permet de savoir quels sont les végétaux qui s’épanouissent dans votre secteur. C’est valable pour le jardin d’agrément, mais également pour le potager ou le verger.

Ainsi, dans le voisinage, si les agapanthes sont magnifiques, il y a de fortes chances pour que ces fleurs se plaisent également chez vous. A contrario, si dans les jardins environnants, vous ne voyez aucun abricotier ou amandier, il est fort probable que les conditions ne soient pas favorables à leur culture (vent, ensoleillement, température, etc).

Observez et inspirez-vous de la nature et de jardins environnants pour imaginer le vôtre !

Prise en considération des caractéristiques de son terrain

Outre les végétaux à choisir en fonction du climat, vous devrez également tenir compte de la nature du terrain. Ainsi, si celui-ci est pentu, il est plus judicieux de mettre place sur la partie surélevée des plantes souffrant moins du manque d’eau l’été. A contrario, en bas de votre terrain, privilégiez les espèces qui affectionnent davantage l’humidité.

Par ailleurs, il vous faut tenir compte de l’exposition de votre jardin, en particulier des zones d’ombre pour y installer des plantations adaptées.

Enfin, argileux, sableux ou calcaire, la nature même de votre sol doit guider vos achats de végétaux.

Utilisation d’un paillage végétal ou minéral

L’utilisation d’un paillage végétal (écorce de pin, lin, BRF, copeaux de bois, coques de fruits, etc) ou minéral (ardoise, pouzzolane, galets, quartz, etc) est un geste aussi utile pour le jardinier que pour la nature car cela :

  • permet de moins arroser, le paillage réduisant l’évaporation. Moins d’eau utilisée, c’est bon pour la planète, mais également pour votre dos, sans oublier un gain de temps considérable ;
  • favorise la vie du sol ;
  • évite que la terre laissée à nu ne soit compactée par la pluie ou lessivée dans le cas d’un terrain en pente ;
  • contribue à moins de désherbage. Le paillage permet en effet de ralentir le retour des plantes indésirables, les fameuses « mauvaises herbes » dans les plates-bandes ou au potager ;
  • enrichit le sol dans le cas d’un paillage végétal ;
  • permet de garder la terre chaude plus longtemps durant l’arrière saison et réduit l’impact du gel sur les racines en hiver.

Réalisation de rotations pour un bon épanouissement des plantations

La culture de plantes annuelles ou de légumes nécessite une rotation. En effet, si tous les ans vous mettez en terre la même plante au même endroit, vous risquez de provoquer une carence dans le sol. En effectuant une rotation des cultures et des plantations, vous évitez donc que le sol ne s’appauvrisse et qu’une maladie cryptogamique ne ravage vos fleurs ou vos légumes.

Si la rotation n’est pas à négliger dans vos parterres, c’est surtout au potager qu’elle est essentielle.

Se débarrasser des plantes malades

Votre rosier a une superbe couleur et un parfum délicat ? Pour autant, il est malade et vous ne parvenez pas le soigner convenablement ? Inutile dans ce cas espérer en faire une bouture, car celle-ci présentera immanquablement la même maladie.
Par ailleurs, si vous possédez d’autres rosiers et que ceux-ci sont encore indemnes, il peut être judicieux de ce débarrasser du plant malade pour ne pas risquer une contamination aux autres rosiers.

Une pratique qui est à généraliser à l’ensemble du jardin, y compris au potager ou au verger.

Respect des distances de plantation

Lorsque l’on craque pour des fleurs ou un arbuste en jardinerie, on oublie bien souvent de se renseigner sur les distances de plantation. En effet, le jeune plant fraîchement acquis va indéniablement prendre de l’ampleur et peut ultérieurement concurrencer ou gêner le développement d’autres plantes installées par vos soins.

En vous renseignant sur les distances de plantation, vous évitez ainsi que certains de vos bulbes, fleurs, buissons ou arbres ne prennent le dessus ou ne créent localement des conditions défavorables à la croissance d’autres végétaux (ombre, humidité, etc).
Par ailleurs, cela garantit une bonne circulation de l’air, notamment pour les haies et les arbres, évitant ainsi des conditions propices au développement ou à la propagation de maladies.

Respect de la période de taille

Pour gagner en vigueur ou refleurir, de nombreux végétaux nécessitent une taille plus ou moins importante. Toutefois, raccourcir les rameaux ou débarrasser la plante des fleurs fanées doit se faire en respectant les saisons et le cycle de chaque plante.

De manière générale, il ne faut pas tailler :

  • si le mercure passe sous 0°C la nuit pour éviter que les extrémités sectionnées ne soient endommagées par le gel ;
  • lors du débourrement, c’est-à-dire lorsque la sève remonte dans les bourgeons qui s’ouvrent ;
  • en pleine période de floraison.

Leave a Comment