Accueillir des abeilles solitaires (et inoffensives) dans son jardin

Accueillir des abeilles solitaires (et inoffensives) dans son jardin
5 (100%) 1 vote

Peu importe sa taille, un jardin est un lieu de vie à l’image de chacun, un endroit dans lequel on a plaisir à se retrouver. Mais sans le gazouillis des oiseaux, le chant des grillons ou encore le bourdonnement discret d’une abeille butinant de fleur en fleur, celui-ci perdrait indéniablement de son charme. C’est pourquoi de plus en plus de propriétaires de petits et grands jardins, à la campagne comme à la ville, implantent des nichoirs pour accueillir des abeilles solitaires. Pourquoi une telle démarche ? Ces insectes représentent-ils un danger ? Comment les abriter dans son jardin ?

Qu’est-ce qu’une abeille solitaire ?

Si l’abeille domestique (Apis mellifera) est bien connue de tous, l’abeille solitaire l’est beaucoup moins.
Pourtant, rien qu’en France, on dénombre un millier d’espèces d’abeilles solitaires, dont certaines ont davantage l’apparence de mouches que de véritables abeilles. Souvent nettement plus petite que l’Apis mellifera, sa cousine se révèle toutefois bien plus efficace pour polliniser les fleurs.

En revanche, il n’existe pas de liens sociaux aussi forts que ceux que l’on peut observer dans une ruche. De fait, ces abeilles solitaires ne construisent pas de telles structures. En revanche, elles se nichent dans une anfractuosité comme l’abeille tapissière, dans un morceau de bois mort comme l’abeille charpentière, ou même dans la terre en creusant des galeries (abeille fouineuse).
Par ailleurs, si l’abeille solitaire se nourrit de nectar, elle ne produit ni miel ni cire.

Abeilles sauvages : quelle utilité pour votre jardin ?

Pour se reproduire, à quelques exceptions près, les plantes portent à un moment donné des fleurs. Celles-ci sont destinées à assurer la reproduction de l’espèce grâce à la formation de graines. Or, pour que cette reproduction puisse avoir lieu, il faut que le pollen d’une fleur puisse se retrouver dans une autre.
Pour assurer ce transport, deux moyens :

  • le vent ;
  • les insectes. Parmi ces derniers, ce sont essentiellement les abeilles qui font le gros du travail, ce qui a fait dire à Albert Einstein que « si l’abeille disparaissait de la surface du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre ».

A l’échelle de votre jardin, les considérations sont à peu près identiques. Si vous désirez que vos pavots, corydales et autres annuelles se resèment, il faut qu’elles puissent former des graines. Et pour cela, vous avez impérativement besoin de la présence d’insectes pollinisateurs dont les abeilles solitaires.

Au potager et au verger, vous ne pouvez espérer de bonnes récoltes de fruits et légumes sans que ces insectes ne viennent y butiner et involontairement féconder les fleurs.

Abeilles sauvages : ce qu’il faut savoir

C’est la première fois que vous envisagez la possibilité d’installer un nichoir à abeilles sauvages dans votre jardin et vous avez évidemment de nombreuses questions fort légitimes.

Est-ce dangereux pour les enfants ou les animaux ?

Contrairement à une guêpe ou à un frelon, l’abeille solitaire ne dispose que d’un minuscule dard. De plus, elle est particulièrement pacifique et n’est nullement agressive. En effet, elle n’a ni stock de miel ni ruche à défendre.
Elle ne représente donc strictement aucun danger ni pour les enfants, ni pour vos animaux de compagnie.

Risquent-elles de rentrer dans ma maison ?

Les abeilles solitaires se nourrissent exclusivement de pollen de fleur. Elles ne sont attirées ni par le sucre, ni par les aliments que nous consommons. Elles ne viendront pas vous importuner, ni pendant votre repas en famille sur votre terrasse, ni dans votre habitation.
C’est aussi la raison pour laquelle vous ne pouvez pas nourrir les abeilles solitaires en mettant à proximité de leur nichoir de l’eau sucrée.

Faut-il une autorisation de la mairie ?

Il est exact que pour implanter une ruche, vous devez au préalable avoir l’accord de votre mairie. Toutefois, il s’agit ici d’insectes ne vivant pas en colonie. D’ailleurs, sans le savoir, vous en avez probablement déjà dans votre jardin. Vous n’avez besoin d’aucune autorisation.

Comment abriter des abeilles sauvages ?

Pour offrir le gîte aux abeilles sauvages dans votre jardin, il faut simplement implanter un nichoir. Vous avez la possibilité soit de vous en procurer un en ligne ou dans certaines jardineries, soit d’en concevoir un par vos propres moyens.

Pour cela, munissez-vous de tiges creuses comme du bambou, de ronce ou du roseau. Coupez des morceaux d’une longueur d’une quinzaine de centimètres et colmatez l’une des extrémités avec un matériau naturel comme de l’argile par exemple.
Regroupez ces différents morceaux dans un abri permettant de protéger l’entrée de ces tiges creuses type boite de conserve vide ou mini-maisonnette en bois.
Positionnez votre nichoir à abeilles sauvages de manière à ce que l’entrée soit abritée du vent et qu’elle bénéficie du soleil le matin.

Au bout de quelques semaines, vous constaterez que certains trous sont obstrués par de la terre et divers éléments, signe que ces abeilles sont venues y nicher.

Leave a Comment