Comment fabriquer et utiliser des purins d’ortie et d’autres végétaux ?

Comment fabriquer et utiliser des purins d’ortie et d’autres végétaux ?
4.7 (93.33%) 3 votes

Bien avant que les engrais chimiques et les produits phytosanitaires de toutes sortes n’envahissent les rayons des grandes surfaces spécialisées, les jardiniers utilisaient des nombreux purins produits à partir de diverses plantes comme la fougère, le rhubarbe ou encore l’ortie. Comment les fabriquer et comment les employer au jardin ?

Comment produire son purin ?

Un purin est une solution obtenue par fermentation d’un végétal dans l’eau en l’absence de lumière. La dégradation anaérobie permet d’obtenir en l’espace de quelques jours une solution nommée purin dont les propriétés dépendent des végétaux employés.
Très fortement concentrés, ces purins ne sont jamais utilisés autrement que dilués, que ce soit pour prévenir des maladies, lutter contre des indésirables ou amender la terre.

Le matériel nécessaire à la fabrication de n’importe quel purin comprend systématiquement :

  • un récipient type seau, de préférence avec un couvercle pour éviter l’évaporation ;
  • de l’eau, de préférence de pluie qui est dépourvue de chlore ;
  • une vieille passoire pour filtrer après la fin de la fermentation ;
  • un entonnoir et un bidon pour stocker le purin filtré.

Les différents purins utiles au jardin

Si le purin d’ortie est bien connu des jardiniers cultivant en bio, il en existe bien d’autres tout aussi utiles au jardin.

Purin d’ortie

Pour produire votre purin d’ortie maison, prévoyez une paire de gants. Les proportions à respecter sont de 1 pour 10, c’est-à-dire 1 kg d’ortie pour 10 litres d’eau.
Placez les végétaux grossièrement hachés dans votre seau et couvrez d’eau. Placez le tout dans un endroit à l’ombre. Remuez tous les jours jusqu’à ce que la fermentation cesse, c’est-à-dire, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de bulles. Cela peut prendre de 2 à 3 semaines selon la température.
Recyclez les restes d’ortie au composteur. Filtrez et stockez à l’abri de la lumière.

Le purin d’ortie dilué (a minima dans les proportions d’un volume pour 5 volume d’eau) peut être employé en pulvérisation ou dans l’arrosoir comme :

  • engrais, en raison de sa richesse en azote et en minéraux. Dans un arrosoir, diluez 2 volumes de purin d’ortie pour 10 volumes d’eau ;
  • traitement préventif contre certaines maladies cryptogamiques des fruitiers comme l’oïdium ou la tavelure. La dilution doit alors être de 1 volume de purin pour 10 volumes d’eau ;
  • activateur de compost à raison de 1 volume de purin d’ortie pour 10 volumes d’eau.

Purin de consoude

L’azote dont ont besoin vos fleurs et fruitiers peut être apporté par le purin d’ortie. En revanche, pour un apport en potasse, c’est la consoude qu’il faut employer pour confectionner un purin. Pour cela, récoltez 1 kg de feuilles de celle que l’on surnomme la « langue de vache » pour 10 litres d’eau.

La solution obtenue après quelques semaines peut être utilisée pour favoriser l’activité microbienne du sol et l’enrichir en minéraux essentiels aux végétaux.

Le purin de consoude est également recommandé pour :

  • stimuler les mécanismes de défense naturelle des plantes ;
  • favoriser la production de beaux fruits, en particulier pour des arbres fruitiers type quart de tige ou demi-tige.

Purin de pissenlit

Le purin de pissenlit est préparé à partir de 2 kg de feuilles et de fleurs de pissenlit pour 10 litres d’eau. Il est particulièrement riche en potasse et en silice. C’est donc un excellent fertilisant naturel. Utilisé à raison de 1 litre pour 5 litres d’eau au printemps, il permet de faciliter le démarrage des jeunes plants mis en terre récemment ou durant l’hiver, qu’il s’agisse de fleurs, de fruitiers ou de plantes potagères.

Au potager, le purin de pissenlit est idéal pour les tomates et les cucurbitacées (type courgette, potiron, etc).

Purin de rhubarbe

Si les feuilles de rhubarbe ne sont pas comestibles, elles sont toutefois fort utiles au jardin. Pour préparer un purin de rhubarbe, hachez grossièrement 1,5 kg de feuilles pour 10 litres d’eau.

Débarrassée de ses impuretés, la solution obtenue après quelques semaines est utilisable diluée (1 volume pour 5 volumes d’eau) comme :

  • répulsif à limaces ;
  • insecticide pour se débarrasser des pucerons noirs, des mouches de la carotte et des teignes et vers du poireau ;

Purin de fougère

Le purin de fougère se prépare en en récoltant 1 kg que l’on fait macérer dans 10 litres d’eau. Filtré et dilué (1 volume pour 10 volume d’eau), c’est un excellent répulsif contre les cochenilles et tous les pucerons. Il est donc recommandé pour toutes les plantes du jardin, du rosier au cerisier.
En préventif, il peut être pulvérisé sur la terre pour repousser les larves de taupins.

Le purin de fougère est également à utiliser en hiver pour prévenir la rouille et l’oïdium.

Il est bon de souligner que tous ces purins sont des produits naturels mais actifs. Il est donc toujours essentiel de les utiliser avec toute la modération qui se doit au jardin, afin de n’endommager ni les plantes, ni la vie du sol. Par ailleurs, de manière générale, les pulvérisations sont à proscrire en période de floraison.

Leave a Comment